Nos infos

Agenda social

Publications

La CFDT

 

Mutuelle et Prévoyance

La direction a choisi
la voie de l'imposture


La direction décide de sélectionner l’IPSEC en tant qu’institut de prévoyance pour le risque « Décès/Invalidité » et choisit également l’IPSEC, comme nouvel assureur pour les « Frais de Soins de Santé ». Ainsi, les craintes initiales de l’ensemble des organisations syndicales de ne pas reconduire VIAZIMUT comme mutuelle se sont confirmées !

  • La prévoyance : la direction prétexte ne pas pouvoir « décemment » changer de prestataire par rapport à la loi sur les retraites qui impose une provision d’1,5 million d’euros.
  • Les frais de soins de santé : la direction prétend procurer aux salariés une offre nettement plus favorable financièrement (entre 5€ et 13€ par mois suivant le type de contrat et la composition familiale), pour un maintien des prestations actuelles auprès de l’institut de prévoyance IPSEC et une meilleure solidité financière.

Qu’en est-il vraiment ?

Pour la prévoyance, le choix de l’IPSEC est identique à celui des organisations syndicales… mais pour des raisons totalement différentes.
Quant aux frais de soins de santé, la direction a totalement rejeté l’offre VIAZIMUT qui intégrait :

  • Une amélioration des prestations (implants, chiropractie, acuponcture, mésothérapie, homéopathie, pédicure, extraction dentaire…).
  • Un maintien des prix et la création d’un fonds de stabilité dédié à la totalité des excédents, en vue d’améliorer les prestations, voire de baisser les cotisations. La CFDT a proposé d’étendre ce fonds à l’ensemble des contrats, mais la direction a balayé cette éventualité !
  • Un adossement auprès de trois acteurs économiques de la Mutualité afin de partager le risque.
  • Une offre concurrentielle sur la prévoyance.

Nota : sans cet adossement, la marge de solvabilité de VIAZIMUT est nettement supérieure à l’IPSEC.

Baratins, boniments, et impostures…

  • La direction s’est-elle servie d’un leurre pour arriver à ses fins en utilisant l’offre la moins disante proposée par la Mutuelle Générale ? Dans sa communication, la direction n’a cessé de faire l’apologie des prix (420€ d’économie par an). Elle a ensuite imposé à la Mutuelle Générale (MG) de revoir ses tarifs, car MG a reconnu que son offre conduirait inexorablement vers une hausse tarifaire importante au-delà des 3 ans. Belle démonstration de manipulation ! Ainsi, l’IPSEC devenait de fait favori.
  • L’offre de l’IPSEC sur les frais de soins de santé a été commanditée par la direction. C’est l’unique offre qui n’ait pas été auditionnée par les syndicats. Quel déni de transparence !
  • La direction a eu le culot d’affirmer se préoccuper du pouvoir d’achat des salariés. On croit rêver ! C’est pourtant la même direction qui va prochainement supprimer le Compte épargne temps (CET) ! 
  • La direction n’a pas non plus hésité à mentir aux syndicats en leur certifiant qu’ils choisiraient les prestataires de la couverture sociale. Elle a renié ses engagements !

Les boniments, baratins et autres impostures ont rythmé les agissements prémédités de la direction pour éjecter VIAZIMUT. Ce choix est révélateur d’un arbitrage « politique » afin de poursuivre la démolition orchestrée d’ASF, de son histoire, de son identité et donc de sa mutuelle, dernier bastion de syndicalistes et autres mutualistes dont la gestion irréprochable, pourtant reconnue très majoritairement par les salariés, échappe encore à la « suprématie insatiable et délirante » de cette direction.

Nos dirigeants ont imaginé pouvoir nous mettre tous « au pas » sous le seul prétexte de nous faire gagner quelques euros d'économie. Quel mépris envers les salariés !

Chaque salarié peut conserver ses contrats « Turbo » et « Extrême »

Le choix d’ASF pour les frais de soins de santé n’empêchera aucun salarié de conserver ses contrats optionnels. En effet, l’article 4 de la convention d’entreprise n°86 prévoit cette possibilité. Ainsi, chaque salarié peut garder les contrats « Turbo » et « Extrême » auprès de VIAZIMUT, tout en souscrivant obligatoirement au contrat « socle » chez IPSEC, nouvellement imposé par le choix de l’entreprise.

 

Le recours à une consultation des salariés, souhaitée par la CFDT, ne peut aboutir sans soutien syndical plus large. Désormais, il est essentiel pour les syndicats qui n’ont pas capitulé [CFDT - CGT - FO - UNSA] d’appeler au maintien des contrats optionnels et ainsi soutenir VIAZIMUT.

Le tract en PDF, c'est ici.

L'intégralité du dossier, c'est ici.

Info mise en ligne le 16 septembre 2011

 
 

BoutonAccueil