Nos infos

Agenda social

Publications

La CFDT


Objet : Réduction du temps de travail
Saturargues, le 3 septembre 2004

Autoroutes du Sud de la France
M. Jacques TAVERNIER
Direction générale
100, avenue de Suffren - BP 533
75525 PARIS Cedex 15

Monsieur le directeur,

Depuis quelques mois, la réduction du temps de travail devient la cible du gouvernement et d'un certain nombre d'organisations patronales, et notamment du Medef. Les 35 heures deviennent le bouc émissaire, coupables des difficultés rencontrées par certaines entreprises françaises. Cette position est d'ailleurs démentie pas un certain nombre d'économistes et d'experts.

Selon cette thèse, la presse se fait l'écho des soit-disant nombreuses remises en cause des 35 heures. Et pourtant, il ne s'agit que de quelques entreprises, comme Bosch, Doux ou encore Seb, qui restent toutefois dans le cadre légal des 35 heures.

Ainsi, nous ne pouvons que regretter qu'il ne soit pas dit grand chose sur l'énorme majorité des entreprises françaises qui ont négocié et signé des accords de réduction du temps de travail, et qui les respectent. Le secteur autoroutier, et notamment ASF, sont représentatives de ces sociétés où la négociation a permis d'aboutir à un des meilleurs accords de réduction du temps de travail jamais signés dans notre pays. Nous y voyons la volonté partagée d'un dialogue social constructif et qui obtient des résultats pour les salariés.

Nous souhaitons à travers ce courrier avoir de votre part la confirmation de cet engagement, à savoir qu'il n'y aura pas de la part d'ASF de remises en cause de cette réduction du temps de travail. Elle a permis aux salariés une amélioration notable de leur conditions de vie, et je ne vous apprendrai rien en vous disant qu'ils y sont extrêmement attachés.

La CFDT a toujours été à la pointe de cette négociation, et n'acceptera pas que cet accord soit remis en cause. D'ailleurs, nous aurons l'occasion de le rappeler lors de la réunion de négociation du 16 septembre, sur la journée dite « canicule », qui n'est ni plus ni moins, de la part du gouvernement, qu'une remise en cause « idéologique » de la réduction du temps de travail.

Nous vous prions d'agréer, Monsieur le directeur, nos sincères salutations.

Pour la CFDT

Floréal PINOS

Copie : Yann CHARRON - Direction des ressources humaines

Info mise en ligne le 17 septembre 2004.

<- Retour "Compte-Rendus"  I  Haut de page  I  <- Retour "Infos"