Nos infos

Agenda social

Publications

La CFDT


Evolution de la filière Commerciale.

Quel avenir pour les boutiques ?


Le CCE du 17 avril 2008 a abordé le dossier relatif à l’évolution du réseau de distribution du télépéage VL ASF. Dans ce cadre  a été évoqué l’avenir des boutiques. Lors de cette réunion, la CFDT s'est longuement attachée à obtenir des précisions et faire des propositions sur un point capital : le devenir des salariés qui travaillent dans ces boutiques depuis plusieurs années.

  • Les Espaces Clients Télépéage [ECT]. Ils seront pérennisés, et essentiellement concentrés sur les zones urbaines, et ouverts du lundi au vendredi, de 8 heures à 20 heures, ainsi que le samedi de 8 heures à 12 heures. Ces Espaces Clients Télépéage, qui remplacent les boutiques actuelles, seraient donc mis en place à Veauchette, Valence Nord, Nîmes Ouest, Orange centre, Lançon, Montpellier 2, Toulouse Sud, Anglet , Toulouse Nord, Toulouse Est, Saint Selve, Le Bignon et Corzé.
    Premier constat : les boutiques des Martres, Valence Sud, Arles, Béziers est, Perpignan, Lestelle, Montauban ; St Germain, Arveyres et Virsac seraient supprimées à très court terme. Certains sont remplacés par des PRT localisés à proximité des districts concernés.Voir point 2 ci-dessous.

    La boutique de Vienne serait transformée en Point relais télépéage (PRT). Voir point 2 ci-dessous.

    Ces ECT auraient en charge les missions de relation client et gestion des comptes abonnés, et notamment les opérations de promotion domicile/travail, les traitements des contacts, les ventes, le SAV des badges, gestion réclamations clients, etc.
    Les salariés affectés à ces sites seraient entièrement dédiés à ces tâches et rattachés au responsable de l’activité clientèle de la DRE. Pour la CFDT, il serait incompréhensible que les salariés qui aujourd’hui sont affectés sur ces emplois ne soient pas prioritaires sur ces futurs postes. La CFDT a longuement argumenté lors du CCE sur la professionnalisation de cette filière. Aujourd’hui, ces personnes ont acquis depuis la mise en place des boutiques des compétences et des connaissances que la CFDT n’acceptera pas devoir dilapidées demain.


  • Les Points Relais Télépéage [PRT]. Ils ne seront pas pérennisés et auront une durée de vie que nous ne connaissons pas aujourd’hui. Sont concernés les sites de Thiers District (proche des Martres), Feurs District, Vienne gare, Chanas District, Montélimar District, Gallargues District, Salon District, Narbonne District, Rivesaltes District, Sète District, Carcassonne District, Villefranche District ; Artix District, Pau Gare, Montauban District, Muret gare, Agen DRE, Brive DRE, Cahors District, Thenon District, Coutras District, Ambarès District, Saintes District, Beaulieu Gare, Montaigu District et Aire de Poitou Charentes.

    Ces PRT seraient affectés pour la plupart sur des districts, et ouverts du lundi au vendredi de 8 heures à 12 heures et de 13 heures à 17 heures. L’objectif est de compléter l’activité des ECT pendant le développement du réseau de distribution du télépéage VL. La présentation hier par la direction laisserait entendre que ces tâches pourraient être affectées en partie, et selon les sites, à des personnels administratifs.

    La CFDT ne comprendrait pas que les compétences acquises par des salariés occupant aujourd’hui ces emplois restent sans lendemain. Tous les moyens doivent être mis en œuvre pour permettre leur maintien dans ces postes après des années au service de l’entreprise. L’appel à des salariés d’autres filières ne devrait intervenir seulement que dans un deuxième temps et seulement en cas d’insuffisance d’effectif pour assurer le fonctionnement de ces PRT.
    La CFDT est également sceptique sur la pertinence du choix des districts, et de la « facilité » avec laquelle pourront s’y rendre les clients en quête d’assistance ou de renseignements.

  • Opérations sur ASF ou à l’extérieur du réseau. Certaines opérations seraient conduites par des salariés des ECT ou du service RC de la DRE, soit sur volontariat par des salariés d’autres filières [propositions sur certaines gares, participations à différentes manifestations comme des foires, des expositions, etc.].

Calendrier envisagé :

  • Information/consultation du CCE le 17 avril 2008.
  • Mai 2008 : mise en place du nouveau centre de contact à distance ;
  • Mai 2008 : déploiement des nouveaux outils de la relation client (OPUS, Mosaïc) ;
  • Automne 2008 : mise en place de la vente en ligne ;
  • Courant 2008 : fermeture des 10 boutiques amenées à disparaître ;
  • Courant 2008/2009 : lancement et mise en œuvre du projet des 13 Espaces Clients Télépéage. Lancement et mise en œuvre du projet des 26 Points Relais Télépéage.
  • Ouverture au second semestre 2008 de négociations sur la filière clientèle (salariés des Espaces Clients Télépéage) et sur les aspects de rémunération complémentaire spécifique des salariés de la filière administrative

Position de la CFDT

Autant le dire, le débat a été animé, la CFDT n’acceptant pas en l’état l’évolution présentée par la direction. La CFDT, suivie par toutes les autres organisations syndicales,  s’est refusée à donner un avis, car nous n’avons pas obtenu toutes les réponses à nos questions, et notamment celles qui concernent votre avenir dans ces nouveaux points de commercialisation, qu’ils se dénomment « ECT » ou « PRT ». La CFDT a essentiellement axé ses argumentations sur les points suivants :

  • La direction doit être cohérente entre son intention, louable, de mettre en place une véritable filière professionnelle mais elle doit se traduire par la prise en compte des compétences acquises et mises en œuvre depuis que les boutiques existent ;
  • La négociation qui aura lieu en 2008 doit permettre de reconnaître ces compétences et d’envisager toutes les possibilités, dans et  en dehors de cette filière pour répondre aux évolutions professionnelles. La CFDT n’acceptera pas que les choses évoluent comme si rien ne s’était passé ces dernières années et que ces investissements soit dilapidés et mis aux oubliettes ;
  • Il est temps que l’entreprise communique enfin envers ces salariés. La CFDT a pointé du doigt la faute psychologique de l’entreprise en matière de communication, et le peu de cas dont ont fait l’objet ces salariés jusqu'à présent. Nous avons attiré l’attention sur le fait que cette communication devait désormais être à la hauteur de ces attentes en la matière et notamment ne pas se résumer à quelques phrases lors d’une fin de poste.

La CFDT continuera à agir afin que le travail effectué ces dernières années, les compétences et la professionnalisation soient enfin reconnus à leur juste valeur.

Info mise en ligne le 19 avril 2008

<- Retour "Compte-Rendus"  I  Haut de page  I  <- Retour "Infos"