Nos infos

Agenda social

Publications

La CFDT

 

Comité de groupe Vinci

Une nouvelle fois, la preuve de la contradiction
totale du groupe entre son discours et ses actes !

 

Lors de la  réunion du comité de groupe du 20 mai, la CFDT a, à nouveau, interpellé la direction générale et la DRH du groupe sur la baisse de la participation, et sur le fait que VINCI ne répondait pas à notre demande d’autoriser les entreprises du groupe qui le souhaitent d’abonder la participation, comme le permet désormais la loi, et ceci en totale contradiction avec son discours soigneusement léché.

La CFDT a donc dénoncé une nouvelle fois [1]l le fait que, malgré des résultats en hausse, la participation baisse. Alors, évidemment qu’il existe des raisons recevables, notamment par rapport à une modification des normes comptables. Pour autant, la CFDT a argumenté sur le fait que cette modification décidée très tard, dans l’année 2008 entraîne une économie nette pour l’entreprise de 115 millions d’euros d’impôts. Ainsi, ASF économise 40% sur le montant de la participation à distribuer auquel s’ajoute une économie de 115 millions d’euros d’impôts. La CFDT s’étonne de ce blocage dogmatique de VINCI, alors qu’on parle d’un système qui a perdu ses repères, que l’on cherche à le rendre plus vertueux, à introduire de la moralisation et de la justice dans la redistribution des bénéfices. Comment les salariés peuvent-ils comprendre ce discours qui ne se traduit pas en actes concrets !

La CFDT a proposé à plusieurs reprises, de discuter d’un mécanisme susceptible d’amortir, au moins en partie, les effets de cette baisse, par l’octroi par exemple d’une prime exceptionnelle, notamment au regard d’un résultat net en hausse de 21% pour l’année 2008. Nous avons insisté, dans un silence assourdissant [2], en demandant à la direction générale de VINCI d’intervenir pour que les salariés soient traités en cohérence avec les efforts qu’ils font tous les jours pour l’obtention de tels résultats.

VINCI nous répond que cette position est prise au niveau du groupe. Pour la CFDT, c’est encore une contradiction totale entre le discours du groupe et ses actes. Alors que VINCI prône le management au plus près du terrain, jamais le pouvoir de décision n’a été autant centralisé ! Quelle incohérence ! Quelle crédibilité auprès des salariés ?

[1] La CFDT ASF est également revenue à la charge lors du CCE du 25 juin dernier.
[2] Silence radio des autres organisations syndicales qui n’ont, à aucun moment, soutenu, notre démarche.

 

Info mise en ligne le 3 juillet 2009

<- Retour "Compte-Rendus"  I  Haut de page  I  <- Retour "Infos"