Nos infos

Agenda social

Publications

La CFDT

 

Filière commerciale.
Des aspects ont été éclaircis, mais il subsiste encore bon nombre de questions. [1]

Après de longues semaines d’interruption, la négociation a enfin repris le 2 juillet. La CFDT a agi afin que ce dossier soit désormais conclu au plus vite, car il n’est jamais bon pour les salariés concernés de laisser traîner aussi longtemps une négociation, en l’occurrence depuis plus d’un an !

Si la direction a réaffirmé vouloir pérenniser les espaces clients [EC], elle avoue désormais vouloir en réduire le nombre à 11, au lieu des 13 initialement prévus. Exit donc Corzé et Saint Selve [2].

Les EC qui sont maintenus sont donc : Montpellier 2, Toulouse Sud, Toulouse Nord, Toulouse Est, Anglet, Valence Nord, Veauchette, Le Bignon, Avignon Nord [boutique d’Orange déplacée], Lançon et Nimes Ouest. Une incertitude, le positionnement de l’espace clients du Bignon qui changera de sens pour être adapté aux besoins, mais rien de défini pour le moment.
Les besoins sont de 33 postes en « équivalent temps plein », soit 3 par EC.

Sur les organisations de travail, l’exemple d’une boutique de Toulouse donne les tours de service suivants, basés sur 3 postes journaliers, à savoir 7H/15H – 13H/20H et 10H/17H. Nous ne connaissons pas les organisations prévues pour les autres sites. La direction a pour le moment maintenu l’amplitude de la journée de travail de 7 heures à 21 heures, ce qui semble excessif pour la CFDT qui a demandé si cela correspondait à de véritables besoins.
Nous avons aussi contesté le nombre de dimanches pouvant être effectués, à savoir 10 par an, car la crainte est que la généralisation du travail de dimanche ne devienne une réalité, en lien avec la proximité de ces EC avec des zones commerciales susceptibles d’ouvrir ce jour là.

Le débat de fond, à l’initiative de la CFDT, a porté sur le statut de posté ou de non posté. Aujourd’hui, le statut proposé est un mélange des deux, ce qui pose des problèmes de cohérence. En effet, les dispositions conventionnelles qui existent permettent de gérer cette nouvelle filière sans pour autant inventer de nouvelles règles.

Nous avons aussi insisté sur le nombre de jours travaillés qui ne peut être supérieur à ce qui existe aujourd’hui dans l’entreprise, les repos consécutifs, la variation du nombre de jours de travail hebdomadaires qui doivent être encadrés ou encore le maintien de la rémunération qui selon nous doit être mensuel.
Après un instant de réflexion la direction a fait les propositions suivantes :

  • Statut non posté ;
  • Temps de travail annuel de 1603 heures ;
  • Tour de service à 3 mois ;
  • Tours de repos hebdomadaire communiqué à l’année ;
  • 5 week-ends maximum de travail par an et par salarié [comprenant le samedi après-midi et/ou le dimanche] ;
  • Garantie de ne pas avoir de postes coupés ;
  • Pas de poste inférieur à 6 heures ;
  • Pas de poste supérieur à 8 heures.

Le débat, qui a été tendu par moments, n’est donc pas fermé. La réflexion sur le statut qui doit être celui de cette filière, à savoir posté [sans ARTT] ou non posté [avec ARTT], reste donc entière.

La balle est désormais dans le camp des organisations syndicales. La CFDT va mettre à profit ces prochains jours pour mobiliser ses équipes et aller au contact des salariés, d’autant plus que toutes nos questions n’ont pas encore trouvé de réponse.

[1] Extrait de notre M@g n°31 du 6 juillet 2009.
[2] Concernant ce site, que la direction il y a quelques temps considérait comme « prometteur »,  nous nous interrogeons sur les motivations de sa suppression. Cette gare est en sous effectif chronique, ce qui a comme conséquences d’y affecter les salariés qui étaient prévus dans la boutique, et donc des « résultats » faibles.

Info mise en ligne le 13 juillet 2009

<- Retour "Compte-Rendus"  I  Haut de page  I  <- Retour "Infos"