Nos infos

Agenda social

Publications

La CFDT

 

Situation de l’emploi
Intervention de la CFDT au CCE du 17 septembre 2009

La baisse des effectifs, exécution, maîtrise et cadres se poursuit, même si elle semble se ralentir, en partie due aux transformations en CDI intermittents des CDD sur les DRE de Brive et Valence, ce qui au passage conforte la signature des accords relatifs à l’intermittence sur la viabilité hivernale.

Au-delà de nos inquiétudes, déjà exprimées lors des derniers CCE, cette tendance à des répercussions fortes sur la pyramide des âges, notamment dans les catégories des moins de quarante ans. Même si nous sommes tous conscients qu’il faille se préoccuper de l’emploi des seniors, notamment pour qu’ASF respecte ses obligations légales, nous  regrettons qu’ASF n’agisse pas avec la même volonté pour les autres tranches d’âge ; il en va pourtant de  la bonne santé future de l’entreprise. C’est d’ailleurs une des récentes recommandations de l’OCDE.

Ensuite, les impacts des baisses d’effectifs dans certains services ont des conséquences que nous avons abordées également à plusieurs reprises.  « L’objectif est de faire mieux avec moins de personnel », a rappelé la direction lors du dernier  CCE. Conséquence immédiate, qui ne peut avoir échappé à l'entreprise : les charges de travail augmentent  de manière notoire pour les salariés restants. Si ce système fonctionne encore, c’est uniquement parce que les salariés d’ASF ont une réelle conscience professionnelle qui permet de pallier à ces effets. Cette politique à court terme est nuisible autant pour les salariés que pour l’entreprise.

Nuisible pour les salariés tout d’abord, car les risques psychosociaux  sont désormais une réalité que personne, et surtout les dirigeants ne peuvent plus ignorer. Stress, mal-être au travail doivent désormais être appréhendés avec la plus grande vigilance avant d’en arriver à des situations extrêmes. C’est dans ce sens que la CFDT a encore récemment interpellé la DRH par courrier sur ce thème prioritaire, en faisant des propositions concrètes.

Nuisible ensuite pour l’entreprise qui prend le risque de se couper durablement  de ses salariés, et de perdre toute crédibilité entre le beau discours de VINCI, lauréat du trophée du capital humain récompensant  le bien être au travail, et la toute autre réalité vécue par les salariés.

Il est donc  impératif de mesurer à leur juste valeur les conséquences de ces baisses d’effectifs  sur tous les aspects de bien être au travail, de respect et de reconnaissance des implications au quotidien des salariés, pour que l’entreprise retrouve la crédibilité qu’elle est en train de perdre. Cela passe assurément par une reprise des embauches au sein de certains services.

Info mise en ligne le 17 septembre 2009

BoutonAccueil