Nos infos

Agenda social

Publications

La CFDT

.

Grippe H1 N1
Le point de la CFDT après le CCE du 17 septembre

La CFDT est essentiellement intervenue sur deux axes majeurs : la prévention du risque et la rémunération des salariés en cas de fermeture de services.

La prévention du risque
Rappelons que ce plan a été établi par les sociétés d’autoroutes en fonction des directives du ministère de la santé. L’OMS [Organisation Mondiale de la Santé] et l’Etat ont donc mis en place différentes situations appropriées allant de la phase 3A [Cas humains à l’étranger] à la phase 6 [Pandémie]. C’est le ministère de la santé qui indique les changements de phases. Le jour du CCE, nous étions en situation 5A [Extension géographique de la transmission interhumaine du virus à l’étranger]. Il est d’ailleurs plus qu’étonnant que les pouvoirs publics en soient restés à ce stade puisque la veille, le seuil épidémique était officiellement franchi justifiant à minima la 5B, voire plus certainement la 6.
Malheureusement, ASF souhaite suivre strictement l’Etat sans aller au-delà, et en prenant certaines initiatives. Pourtant, au stade actuel, une batterie de mesures devrait déjà être en place. Hors les seules mesures visibles tiennent en une seule affiche énonçant trois recommandations [se laver les mains, tousser dans un mouchoir et consulter un médecin en cas de symptômes grippaux].

La CFDT a fait des propositions concrètes pour développer une véritable prévention. En partant du principe que les salariés en contact direct avec le public [salariées des boutiques, péagers, patrouilleurs et ouvriers routiers] devaient pouvoir se protéger, il a été demandé que des gels hydro alcooliques, lingettes pour désinfection, etc., soient mis à leur disposition.
Bien évidemment, les clients ne sont pas les seuls vecteurs de transmission et les personnels sédentaires, travaillant dans des bureaux, souvent à plusieurs, sont tout aussi exposés. Dans ce cas l’objectif est bien de limiter l’expansion du virus à l’intérieur même des services et des mesures de précaution identiques doivent être prises Mais sous le prétexte d’éviter la psychose, ASF souhaite encore attendre. Il est vrai que la mise en œuvre de ces mesures a un coût certain. Pour autant, il ne faudrait pas que les considérations financières prennent le pas sur une question de santé aussi importante. La plan de continuité ne nous semble pas être totalement en route sur, par exemple, la prise en compte des personnes à risques [en lien avec la médecine du travail], la mise en place des outils de protection, etc.
La CFDT regrette qu’ASF ne soit pas plus réactive et engagée dans une véritable politique de prévention, suivant en cela une mauvaise habitude de notre pays où les efforts portent toujours plus sur le curatif que le préventif. Et pourtant, la prévention est bien le meilleur barrage pour contenir l’expansion d’une maladie.

Quelle rémunération en cas d’interruption de service ?
Dans le cas de pandémie, en liaison avec les services de l’Etat, la notion de continuité de service entrera en vigueur, c'est-à-dire la réquisition des personnels dont la mission est jugée essentielle par l’entreprise [surveillance réseau, interventions sur tracés, RAU, maintenance des systèmes électroniques et informatiques, service paye] soit environ 15 % des effectifs qui serait ainsi concerné. Pour ces salariés, il faut noter que le droit de retrait par rapport au risque grippal ne serait pas recevable [mais ce droit n’est bien sûr pas remis en cause pour toute autre raison fondée].

Cela signifie clairement que les salariés jugés non indispensables pourraient être priés de rester à leur domicile. Sur ce point se pose bien sûr la question de la rémunération. Maintien des salaires par ASF ? Mise en chômage partiel ? La DRH n’a donné aucune réponse claire et se retranche derrière les décisions qui seront prises par les pouvoirs publics.
Enfin se pose la question des enfants, qu’ils soient malades ou simplement que leur école soit fermée. Les réponses apportées par la direction envisagent 4 cas :
1 - Maladie de l’enfant et présence nécessaire d’un parent : un seul arrêt de 3 jours [rémunéré] sera accepté ;
2 - Pose de jours ARTT ou CET ;
3 - Pose de CP ;
4 - Congés non rémunérés.

De nombreux points restent encore bien vagues. La CFDT reviendra donc très régulièrement sur ce sujet, au fur et à mesure de l’évolution de cette crise.

Nos autres infos sur ce sujet, c'est ici.

Info mise en ligne le 25 septembre 2009

.

BoutonAccueil