Nos infos

Agenda social

Publications

La CFDT

 

PENIBILITE/FINS DE CARRIERE/CONTRAT DE GENERATION

1 pas en avant,
2 pas en arrière!

 

Après la réunion du 10 septembre dernier, la direction remet en cause certaines mesures de réparation que constituent les départs en retraite avant l’âge légal qu’elle avait pourtant elle-même proposées, et balaie d’un revers de main toute autre proposition qui n’entre pas dans ses propres choix.

Ouvriers autoroutiers : la direction propose d’octroyer à ces salariés (ainsi qu’aux surveillants de travaux et chefs d’équipe) entre 2 et 3 jours par an, placés sur le CET, dans le cadre exclusif d’un départ anticipé. Ce nombre de jours serait basé sur l’âge et le taux « d’activités sous circulation » choisi par la direction. Seraient également prises en compte les années passées, et la direction accorderait dans ce cas 2 jours par an si le salarié a effectué au moins 50% « d’activité sous circulation ». La CFDT avait revendiqué une baisse du taux initialement proposé par la direction (80%...) Mais, même dans l’hypothèse d’un taux à 50%, ce dispositif exclura les 2/3 des ouvriers autoroutiers. S’agissant de la reconnaissance effective de la pénibilité et de sa réparation, le compte n’y est pas !

Agents de surveillance : c’est une des très mauvaises surprises de cette fin de négociation. La direction les avait pourtant intégrés depuis plusieurs mois dans le dispositif de départs anticipés. Mais elle a brutalement fait marche arrière ! Cette décision est totalement incompréhensible, puisque ces salariés sont au cœur des interventions sur tracé, ce qui répond pleinement aux critères de pénibilité définis par la direction.

Salariés postés : Au regard des textes de loi, la pénibilité touche également les salariés postés, quels qu’ils soient. Même si des mesures existent aujourd’hui (APA, 32h au péage…) des solutions complémentaires raisonnables sont envisageables pour permettre à ces salariés un dispositif d’aménagement de leur fin de carrière. la direction exclut de fait plus de la moitié des salariés de l’entreprise.

La CFDT ne s’est pas résignée pour autant, et a fait d’autres propositions alternatives pour une véritable reconnaissance de la pénibilité pour les ouvriers autoroutiers, pour les agents de surveillance ainsi que des pistes de réflexion atteignables pour les postés. Mais la direction botte en touche. La CFDT a la ferme intention de poursuivre son action, d’autant plus que ce sujet sera abordé au niveau national dans les prochains mois, avec la mise en place d’un compte pénibilité dès 2015 dans le cadre de la réforme des retraites.
C’est sur ces bases que le CCE sera consulté le mardi 17 septembre 2013. La CFDT communiquera ensuite de manière plus détaillée.

Avis des élus CFDT au CCE du 17 septembre 2013

Info mise en ligne le 16 septembre 2013

 

BoutonAccueil