Nos infos

Agenda social

Publications

La CFDT

 

CCE du 16 septembre 2014

Interventions de la CFDT sur le climat social

Relations sociales. Les représentants CFDT au CCE n’ont à aucun moment été associés à la décision des élus de boycotter la séance plénière du 12 juin 2014.

Nous rappelons que nous ne sommes pas favorables en règle générale au boycott des instances représentatives du personnel, quelles qu’elles soient, même quand le climat social dans l’entreprise est tendu comme c’est le cas aujourd’hui.

Cette décision des élus du CCE relève donc de leur seule responsabilité et nous n’imaginons pas un seul instant qu’ils n’en aient pas mesuré toutes les conséquences.

Nous ne pouvons que constater que cette situation n’est pas de nature à diminuer les crispations qui altèrent depuis trop longtemps maintenant les conditions indispensables à un dialogue social digne de ce nom. L’entreprise porte également une part non négligeable de responsabilité dans le pourrissement des relations sociales en particulier lorsqu’elle contraint le dialogue social par le recours à la dénonciation d’accords d’entreprise et de certains usages favorables aux salariés.

Quant au déroulement de la réunion de ce jour, aucune surprise pour nous : chaque partie campe sur ses positions et la forme l’emporte sur le fond. Cette réunion est proprement surréaliste avec d’un côté des élus qui s’expriment et interrogent la direction qui de son côté à annoncé son choix de faire preuve d’un mutisme total. Du coup, le dialogue social, pourtant invoqué par tous, s’apparente plutôt à un dialogue de sourds. Dans de telles conditions, il n’est pas du tout sûr que les salariés, quant à eux, y entendent grand-chose.

Pour ce qui concerne l’ensemble des points litigieux dont il est question dans l’ordre du jour de cette réunion, la CFDT n’a pas attendu le CCE d’aujourd’hui pour s’exprimer et s’en est acquittée dans l’ensemble des réunions des CE du mois de juin, à travers ses représentants.

Dénonciations d'accords. Ainsi donc, la direction persiste et signe. Elle contraint le dialogue social en imposant une nouvelle dénonciation. C’est l’accord d’entreprise relatif au dialogue social et son avenant n°1 qui sont aujourd’hui concernés.

Accord qui date pourtant de 3 ans seulement ! Mais qu’est ce qui a changé de si important depuis 2011 qui justifie de recourir une fois de plus à de telles méthodes ?

Indépendamment  de l’issue de cette future négociation, la CFDT conteste et condamne toujours aussi fortement cette approche qui ne fera qu’attiser des crispations toujours plus nombreuses.

Nous pouvons entendre que certains réajustements soient nécessaires suite à certaines évolutions législatives. Mais elles n’imposent absolument pas de renégocier l’accord dans sa globalité, sauf à penser qu’il y aurait d’autres raisons cachées ? L’avenir nous le dira.

Sera t-il possible d’espérer un jour que le retour à la raison l’emporte, et que nous nous donnions tous une chance de remettre le dialogue sur de bons rails, et répondre ainsi  aux préoccupations des salariés dans un contexte où nous avons, tous,  des responsabilités vis-à-vis d’eux ?

Pour le reste, rendez-vous à la négociation.

 

Info mise en ligne le 29 septembre 2014

 

BoutonAccueil