Nos infos

Agenda social

Publications

La CFDT

 

CCE du 18 décembre 2014
Interventions de la CFDT

SITUATION DE L'EMPLOI

Une fois de plus, comme nous le sentions, nous sommes face à une nouvelle baisse des effectifs. Mais, année après année, cette destruction d’emplois est à chaque fois supérieure à l’année précédente. Nous aurions pu, à tout le moins, espérer que cette spirale infernale cesse, maintenant que le taux d’automatisation est parvenu à son quasi maximum : 98% des transactions sont désormais traitées dans des voies automatiques. C’est tout le contraire qui se produit, puisque l’année 2014 va connaître une chute d’effectifs sans précédent.

Curieux parallèle, les ruptures conventionnelles quant à elles, atteignent un niveau encore jamais connu dans l’entreprise.

Ce constat est tout bonnement anxiogène quand on y associe la faiblesse effarante du niveau d’embauches. Si nous pouvions espérer que les 14 embauches de 2013 soient un plancher infranchissable, nous pouvons craindre le pire, puisque nous en sommes à seulement 12 embauches à fin novembre ! Devant cette situation, l’entreprise essaie de donner le change et de se draper de vertus. C’est ainsi que nous voyons fleurir ici ou là de savants exercices de communication comme celui effectué récemment sur la DRE Provence Camargue. Vinci Autoroutes y affirme son « implication pour les quartiers en difficulté », rappelant qu’en 2013, « 40 grandes entreprises s’étaient engagées à favoriser l’accès à l’emploi pour les habitants des quartiers prioritaires ».

Comment ne pas se réjouir de ce genre d’initiatives, qui voient des entreprises faire preuve de citoyenneté et d’exemplarité en oeuvrant pour essayer d’endiguer le chômage de masse que connaît notre pays ?

Sauf qu’en ce qui concerne Asf, ces ambitions sont en réalité beaucoup plus mesurées. Elle affirme ainsi ouvrir les portes de l’entreprise, accueillir des jeunes en difficulté à l’occasion de visites organisées, parrainer des demandeurs d’emplois ou encore construire des ponts entre l’entreprise et les quartiers prioritaires.

La CFDT affirme ici que ces intentions ne seront louables et crédibles que le jour où elles se traduiront concrètement par des embauches. Comment ne pas s’interroger quant aux intentions réelles de ce genre d’initiatives à caractère social et sociétal quand dans le même temps on tourne le dos aux CDI et à toute forme de CDD ? Voilà pourtant 2 moyens concrets de permettre à ceux qui sont privés d’emploi, de mettre concrètement un pied dans le monde du travail et de s’y intégrer durablement.

Nous mettons au défi la direction de nous prouver que nous avons tort ! A défaut, et nous l’affirmons solennellement ici, tous ces beaux discours ne feront qu’entacher encore un peu plus la crédibilité de Vinci Autoroutes, déjà passablement écornée par des actes à contre-courant de ses discours.

 

LA CFDT SIGNE L'ACCORD PARTICIPATION

La direction, comme à chaque négociation sur ce sujet, a refusé de négocier des avancées, comme par exemple l’abondement des sommes issues de la participation. Dès lors, notre signature n’a qu’un objectif : permettre le déblocage des sommes à l’issue d’une période de 5 ans (et non pas 8 ans en cas d’absence d’accord). Afin de permettre aux salariés de pouvoir récupérer au plus vite les sommes issues de leur implication dans la bonne santé financière de l’entreprise, la CFDT sera signataire de cet accord.

 
Info mise en ligne le 30 décembre 2014

BoutonAccueil