NOS INFOS
Toute l'actualité
Tracts
Courriers
Vie des régions
Le Mag
Agenda social
Media

RUBRIQUES
Accords d'entreprise
Droits
Dossiers
Repères
Archives

LA CFDT
Nous connaître
Notre réseau
Nous rejoindre
Liens utiles
Nous écrire
Journée d'action du 4 avril

Mobilisation réussie !

La mobilisation contre le CPE ne faiblit pas du tout. Le succès des manifestations de ce mardi devrait peser sur les discussions qui vont s’engager avec les rédacteurs de la future loi.

«La mobilisation est au moins aussi forte que la semaine dernière. En province elle de 5 à 10 % plus importante », a constaté François Chérèque en arrivant ce mardi 4 avril à la tête de la manifestation pour le retrait du CPE. « Ceux qui imaginaient une baisse de la mobilisation, se sont trompés » a-t-il ajouté. De plus, les tensions perceptibles la semaine passée ont laissé place à une ambiance plus calme « C’est une belle démonstration de force, a observé le secrétaire général, à l’attention de ceux qui n’auraient pas encore compris, j’espère que cette journée aura fini de les convaincre ». Interrogé sur l’avenir du mouvement contre le CPE, François Chérèque a affirmé « on avance. L’ouverture du dialogue avec les rédacteurs de la future loi, c’est une bonne chose, aller jusqu’au bout c’est mieux ».

Les organisations syndicales, qui se réuniront mercredi matin en intersyndicale, devraient rencontrer individuellement les responsables du groupe parlementaire UMP à partir de mercredi. « Mais nous sommes tous d’accord pour délivrer le même message, rappelait le leader de la CFDT, premièrement abrogation du CPE et deuxièmement négociations sur l’emploi des jeunes ». Il a également indiqué :  « J'ai recu la lettre de Bernard Accoyer en début d'après-midi, mais je ne l'ai pas encore lue. De toute façon nous avions donné notre accord de principe pour rencontrer les parlementaires, à condition qu'il acceptent de parler du retrait du CPE ».

Dans le carré de tête de la manifestation, John Monks, secrétaire général de la Confédération européenne des syndicats, était venu apporter le soutien des syndicats européens. « Cette situation n’est pas spécifique à la France, a-t-il déclaré, l’Allemagne et la Grèce ont du remiser au casier des projets similaires précarisant les jeunes salariés ».

Plus de précisions sur l'action de la CFDT ?
Les autres infos de la CFDT ASF

Info mise en ligne le 4 avril 2006

<- Retour "Tracts"  I  Haut de page  I  <- Retour "Infos"