NOS INFOS
Toute l'actualité
Tracts
Courriers
Vie des régions
Le Mag
Agenda social
Media

RUBRIQUES
Accords d'entreprise
Droits
Dossiers
Repères
Archives

LA CFDT
Nous connaître
Notre réseau
Nous rejoindre
Liens utiles
Nous écrire


Accord formateurs internes ASF

De réelles contreparties pour des
compétences enfin reconnues.

La CFDT vient de signer un accord relatif aux formateurs au sein d'ASF. Cette accord, qui fait suite à une demande d'ouverture de négociation demandée à l'automne dernier par la CFDT, CFTC et CGC [voir tract du 30 novembre 2006] permet enfin de mettre en place une véritable reconnaissance de ces salariés, piliers incontournables du dispositif de formation de l'entreprise.

Si nous avons beaucoup insisté pour ouvrir une négociation sur cette filière, c'est avant tout parce que l'accord sur la formation professionnelle n'avait pas permis de répondre à la totalité de la diversité des situations de ces salariés, qu'ils soient formateurs permanents, occasionnels, tuteurs ou encore accompagnateurs au poste de travail. La reconnaissance en était quasiment nulle, alors que ces salariés vont devenir de plus en plus un maillon incontournable de tout le dispositif de formation. Dans ce contexte il était impératif de les reconnaître alors que la négociation sur la gestion prévisionnelle des Emplois et des Compétences [GPEC] vient de commencer !

Enfin reconnus !

Tout au long de cette négociation, la CFDT s'est attachée à mettre en place une reconnaissance qui jusqu'à aujourd'hui était bien trop faible. Ainsi, l'accord instaure 4 types de formateurs :

  • Les accompagnateurs au poste de travail. Ce sont tous les salariés qui, dans le cadre normal de leur travail accueillent, informent et expliquent l'environnement au nouvel arrivé. Ces salariés clairement identifiés auront la charge de former aux postes de travail. Pour cela, ils bénéficieront d'une majoration de 5% de leur taux horaire sur la totalité de leur poste, quelle que soit la part de la formation dans ce poste.
  • Les tuteurs. Véritables piliers de l'accompagnement du salarié, leur rôle sera très important en terme de contribution à l'acquisition des connaissances et des compétences. Ils continueront à accompagner les salariés, notamment dans toutes les étapes de l'habilitation et de la certification. Pour cela, ils bénéficieront d'une augmentation de leur rémunération de base au titre de la valorisation de leurs compétences, ainsi que d'une prime de 10% du taux horaire pour le temps consacré au tutorat, qui pourra au choix être payée ou placée sur le CET.
  • Les formateurs internes occasionnels. Leurs compétences seront prises en compte dans le salaire de base, et ils bénéficieront des dispositions de la convention d'entreprise sur la formation. Ainsi, le temps de préparation sera au choix récupéré ou versé sur le CET à hauteur de 100% De plus le temps d'intervention sera majoré de 20% et sera, au choix du salarié, payé ou versé sur le CET. Cette revendication de la CFDT était très importante, dans la mesure où les salariés doivent avoir le choix. C'est donc chose faite.
  • Les techniciens sécurité formateurs. Ces salariés, formateurs permanents et techniciens sécurité n'étaient eux aussi pas reconnus équitablement. La diversité de leurs situations, du fait de l'histoire de l'entreprise n'était, pour la CFDT, plus acceptable. Cet accord permet enfin de créer un emploi spécifique de technicien sécurité formateur, qui sera pleinement reconnu dans le cadre de la future négociation sur les classifications, à travers des pesées de poste. Leurs missions actuelles sont confortées, notamment celles touchant à la sécurité, tant par leurs compétences acquises dans l'entreprise que par celles obtenues à l'extérieur d'ASF. Leur rôle de préventeur des risques en matière d'hygiène sécurité est également renforcé.

Une démarche constructive

La CFDT a signé cet accord car l'essentiel de ses revendications a été acté dans l'accord. Cet aboutissement est le fruit d'un travail et d'une démarche active en lien avec des acteurs actuels de la formation interne. Dans certains cas, on peut même affirmer qu'une injustice a enfin été réparée. Mais c'était aussi un signe fort, envoyé vers tous les salariés au moment où s'engagent des discussions sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences.

Nous veillerons désormais très attentivement à la mise en place de cet accord, notamment à travers les classifications et le suivi annuel par les organisations syndicales, du CCE et des CE. Un état des lieux sera transmis rapidement, afin de démarrer sur de bonnes bases.

Tract mis en ligne le 28 avril 2007

<- Retour "Tracts"  I  Haut de page  I  <- Retour "Infos"