NOS INFOS
Toute l'actualité
Tracts
Courriers
Vie des régions
Le Mag
Agenda social
Media

RUBRIQUES
Accords d'entreprise
Droits
Dossiers
Repères
Archives

LA CFDT
Nous connaître
Notre réseau
Nous rejoindre
Liens utiles
Nous écrire


Avenir du péage - Acte III


Deux exigences pour la CFDT :
Lutte contre la précarité et modulés

La réunion de travail du 20 juin a permis de continuer à avancer sur les pistes de réflexion, en vue de la prochaine réunion de négociation du 4 juillet prochain. La CFDT a, une nouvelle fois, abordé deux de ses principales revendications : les temps partiels subis et les salariés modulés. Nous reviendrons ultérieurement sur les autres thèmes, et notamment le contenu des nouvelles organisations de travail, les personnes travaillant en boutiques ou encore l'encadrement péage, pour ne citer que quelques exemples.

Temps partiels subis
La CFDT revendique les
requalifications à temps plein

La CFDT le martèle depuis de longues semaines : cette négociation, si elle se conclut par un accord, doit permettre non seulement de reconnaître la polyvalence et les compétences qui se sont accrues avec le temps, mais également de mettre fin à des pratiques qui n'ont plus de sens.

Ainsi, lors de la réunion du 20 juin, la CFDT a revendiqué à nouveau - pour les salariés qui le souhaitent - une requalification de leur contrat de travail à temps complet. Cette revendication concerne les receveurs comme les agents de contrôle.

Aujourd'hui, au péage,1 salarié modulé sur 3 est à temps partiel (temps de travail inférieur à 35 heures hebdomadaires en moyenne), dont une grosse majorité sont à 29 heures ou en dessous.

Dans certaines régions beaucoup de salariés n'ont pas choisi de travailler à temps partiel. Et c'est d'autant plus incohérent que sur les mêmes sites, nous voyons un nombre important d'heures de travail précaires de CDD ou d'intérim. Lorsqu'on connaît les contraintes de ces types de contrats, que la direction reconnaît aussi, la requalification des salariés à temps complet qui le souhaitent permettrait de répondre à la fois aux contraintes d'ASF et aux souhaits de nombreux salariés.

La négociation péage doit permettre de tirer un trait sur le passé, et sur des gestions des temps partiels qui n'ont plus lieu d'être dans une entreprise comme ASF.

La direction a pris bonne note de notre revendication et examine les possibilités de requalifications des receveurs et agents de contrôle modulé à temps partiel.
La CFDT vous informera des suites très rapidement.

Salariés modulés
Pour une reconnaissance
de l'histoire d'ASF

La négociation en cours a plusieurs objectifs pour la CFDT. Mais il en est un qui est majeur : si un accord est trouvé, cela permettra de mettre fin au statut modulé au péage. Tous ces salariés qui ont connu la flexibilité, avec leurs conséquences que l'on connaît sur leurs conditions de vie, auront alors une visibilité de trois mois, leur permettant de mieux concilier vie professionnelle et vie privée.

Aujourd'hui, des contreparties sont en cours de négociation avec la direction, que la CFDT a déjà développées sur le tract en date du 18 juin [voir aussi nos sites Intranet et Internet]. Au-delà des points qui seraient attribués au titre des nouvelles compétences et de la polyvalence, au delà de la prime qui serait versée en compensation de la disparition de la prime de modulation, le compte n'y est pas pour la CFDT.

En effet, tourner le dos au statut modulé, reconnaître les services rendus à l'entreprise par ces salariés dans la souplesse des organisations de travail, prendre en compte que l'augmentation de la fixité n'a pas forcément toujours été au rendez-vous comme cela était prévu, tout cela mérite une reconnaissance plein et entière.

En conséquence, pour la CFDT tout cela mérite une compensation qui montrerait que la nouvelle direction sait reconnaître l'histoire, et qu'une nouvelle page d'ASF peut être écrite au péage, qui considérerait mieux le partage entre tous.

C'est pourquoi , pour la CFDT, cette reconnaissance doit se traduire par l'attribution de points d'indice supplémentaires.
La direction nous a écoutés, et espérons le, entendu. Elle devrait nous apporter sa réponse au plus tard pour la prochaine réunion de négociation du 4 juillet prochain.

Tract mis en ligne le 27 juin 2007

<- Retour "Tracts"  I  Haut de page  I  <- Retour "Infos"