NOS INFOS
Toute l'actualité
Tracts
Courriers
Vie des régions
Le Mag
Agenda social
Media

RUBRIQUES
Accords d'entreprise
Droits
Dossiers
Repères
Archives

LA CFDT
Nous connaître
Notre réseau
Nous rejoindre
Liens utiles
Nous écrire

Du jamais vu aux ASF
La direction innove en proposant des augmentations générales…
…qui n’augmentent pas !

La première réunion de négociation s'est tenue le 19 novembre. La direction en a profité pour s'enfermer encore plus sur une position très dogmatique, déclarant  qu'il n'y aurait pas d'augmentations générales [AG] pour 2010, et que nous pourrions caricaturer par : “en dehors de la poursuite de l'individualisation, point de salut!”.

La CFDT conteste totalement cette approche au mérite qui va à contre courant de bon nombre d'entreprises qui, au contraire ont eu le bon sens d'accepter d'évoluer sur leur position, y compris pour l'encadrement.

La CFDT conteste également cette vision réductrice et à court terme, visant à accentuer voire à ne conserver que l'individualisation de la rémunération. La CFDT conteste enfin que le seul critère avancé par ASF soit une inflation négative. Même si c'est la réalité, cela ne saurait être - à elle seule - une raison recevable alors que la direction martèle que la rémunération doit avant tout reconnaître les compétences..

Alors, baisse de compétences ?
Si nous suivons la logique d'ASF, une "augmentation nulle" ne saurait s'adresser qu'aux salariés dont les compétences seraient remises en cause. Chacun appréciera ! 

Dans une période où nous sommes de plus en plus sollicités, où les réductions d'effectifs entraînent des pressions fortes sur les organisations du travail, et que nous répondons présents malgré tout, comment pouvons-nous comprendre et encore plus accepter que la seule réponse  de l'entreprise soit une suppression pure et simple des augmentations générales ?

Si la productivité augmente et si les bénéfices, notamment dans les concessions, seront encore à un haut niveau cette année malgré la situation économique et la baisse momentanée du trafic, c'est d'abord grâce à la conscience professionnelle des salariés d'ASF qui ont su, dans une période d'incertitude, et malgré leurs inquiétudes, démontrer leur attachement à leur entreprise. Et ASF ne nous enverrait comme signe de reconnaissance, sans autre forme de procès, qu'un refus de revaloriser notre rémunération ?

A moins qu'on ne nous fasse là aussi le coup du “juste ce qu'il faut...” ?

Alors, l'ordre vient-il d'en haut ?
A moins que des consignes aient été données au plus haut niveau du groupe pour que cette année soit celle des restrictions ? Mais alors, où est passé le beau discours de VINCI, qui rappelle dans une communication savamment huilée et orchestrée, que chaque société est indépendante dans sa politique  de rémunération, hormis le plan d'épargne Castor ? Comment pouvons-nous nous y retrouver dans ce double discours ? Chaque entreprise doit pouvoir négocier en fonction de sa propre réalité, et il est évident que celle d'ASF n'est pas aussi mauvaise que ce que certains prétendent.

Les AG doivent rester largement majoritaires
Pour la CFDT, il est hors de question de cautionner la disparition pure et simple, même sur une seule année, des mesures collectives. Nous avons toujours négocié pour limiter et encadrer la part de l'individualisation, mais aujourd'hui le risque est réel que l'entreprise agisse selon son bon vouloir en mettant en place uniquement des mesures individuelles, en dehors de toute augmentation générale. C'est inacceptable. La CFDT l'a toujours revendiqué : la part des augmentations générales doit rester largement majoritaire sur les mesures individuelles. C'est l'esprit et la lettre de l'accord d'entreprise n°81 qui, s'il permet de mettre en place des rémunérations individualisées et encadrées, a surtout le mérite de pérenniser les augmentations générales à un niveau majoritaire, notamment pour les ouvriers et employés !

Mais l'esprit des négociations, longtemps mis en avant par nos dirigeants signifie t-il encore quelque chose ?

La CFDT va donc, conformément à la demande de la direction, lui adresser de nouvelles propositions avant la prochaine réunion du 8 décembre. Nous attendons en retour qu'ASF les entende, et revienne à la table avec des propositions sérieuses et dignes pour tous les salariés qui, au quotidien, font la richesse de l'entreprise.

Tract en version PDF ici

Info mise en ligne le 21 novembre 2009

BoutonAccueil