NOS INFOS
Toute l'actualité
Tracts
Courriers
Vie des régions
Le Mag
Agenda social
Media

RUBRIQUES
Accords d'entreprise
Droits
Dossiers
Repères
Archives

LA CFDT
Nous connaître
Notre réseau
Nous rejoindre
Liens utiles
Nous écrire

 

Les salaires en berne

Lors de la réunion du CCE du 7 mars 2013, la direction a fait une ultime proposition sur laquelle seule la CFDT s’est engagée : c’est le tableau 1. En l’absence d’accord, la direction a annoncé qu’elle appliquerait les mesures unilatérales figurant dans le tableau 2.

1  Accord proposé à la signature des syndicats

 2 Application par la direction en l'absence d'accord

Catégorie
professionnelle

Enveloppes

Répartition augmentations

Catégorie
professionnelle

Enveloppes

Répartition
augmentations

générales

individuelles

générales

individuelles

Exécution et Maîtrise de qualification : toutes filières

1,95%

1,50%

0,45%

Exécution et Maîtrise de qualification filière péage-télécom - technique

1,70%

0,90%

0,80%

Exécution et Maîtrise de qualification  des autres filières

1,70%

1,10%

0,60%

Maîtrise d’encadrement

1,95%

Talon de 1,4%

0,55%

Maîtrise d’encadrement

1,70%

Pas de talon

1,70%

Cadres I-J-K-L

1,95%

Talon de 1,2%

0,75%

Cadres I-J-K-L

1,70%

Pas de talon

1,70%

Prime d’éloignement

2%

Prime d’éloignement

1%

Jusqu’au dernier moment, la CFDT a agi afin de parvenir au meilleur accord possible, notamment :

  • Pour obtenir les augmentations générales les plus hautes possibles, et identiques pour tous les salariés Exécution et Maîtrise de qualification (classes A à E), qui doivent représenter au moins les ¾ de l’enveloppe globale ;
  • Pour obtenir des « talons » suffisamment conséquents pour les salariés de la Maîtrise d’encadrement et les Cadres I-J-K-L, qui devaient être majoritaires dans les enveloppes globales ;
  • Une augmentation de la prime d’éloignement à minima à hauteur de l’enveloppe globale.

Pour rappel, dès le début de  cette négociation, seule la CFDT avait demandé une enveloppe  de 2%.

Seule la CFDT a donc déclaré être prête à signer cet accord qui, même s’il ne nous convient qu’en partie, obtenait des avancées concrètes. Il permettait notamment de ne pas entraîner de discriminations salariales chez les ouvriers/employés, d’augmenter de plus de 60% l’enveloppe consacrée aux AG et d’apporter des garanties sur la rémunération de la maîtrise d’encadrement et des cadres.

En signant cet accord, la CFDT a pris ses responsabilités. Mais cela est insuffisant car notre seule signature représente moins de 30% des résultats aux dernières élections professionnelles. Aucune autre organisation syndicale n'ayant osé suivre notre position, l'accord ne s'appliquera pas et le minimum sera ainsi imposé par les non-signataires.  La régression du pouvoir d’achat en est d’autant plus aggravée.  Est-ce la faute à la CFDT ?

Ainsi, d’après nos calculs,  l’enveloppe des AG consacrée aux seuls salaires de base des salariés Exécution et Maîtrise de qualification sera, faute d’accord, amputée de plus de 580 000 euros bruts, et qui sont perdus à jamais. Est-ce la faute à la CFDT ?

Il fallait s’y attendre, les premières attaques de certaines organisations syndicales n’ont pas tardé. L’objectif de ce rideau de fumée est évident : faire reporter l’échec de cette négociation sur la CFDT qui  « aurait fait une proposition trop basse ». Ce serait donc toujours la faute de la CFDT qui n’a fait somme toute que prendre ses responsabilités au regard du contexte ? En effet, il est malheureusement probable que l’échec de la grève du 5 mars dernier (dont des revendications salariales étaient portées par la CGT et FO), ait lourdement pesé dans la position de la direction de limiter la hauteur de ses propositions. Que chacun arrête donc de faire porter l’échec sur les autres, et ait le courage d’assumer ses propres positions.

La CFDT reviendra plus en détail  sur cet échec dans les jours à venir.

Le tract en PDF, c'est ici

Info mise en ligne le 11 mars 2013

BoutonAccueil