NOS INFOS
Toute l'actualité
Tracts
Courriers
Vie des régions
Le Mag
Agenda social
Media

RUBRIQUES
Accords d'entreprise
Droits
Dossiers
Repères
Archives

LA CFDT
Nous connaître
Notre réseau
Nous rejoindre
Liens utiles
Nous écrire

 

PENIBILITE/FINS DE CARRIERE/CONTRAT DE GENERATION

Circulez, y'a rien à voir !

Cette négociation a échoué. LAMENTABLEMENT. ASF, qui a pourtant laissé miroiter des départs anticipés pour les salariés intervenant sur le tracé a, au fil des réunions, reculé pour en exclure d’abord les agents de surveillance, puis l’écrasante majorité des ouvriers autoroutiers et enfin tous les postés. Elle exclut ainsi plus de 9 salariés sur 10 !

2 ouvriers autoroutiers sur 3 exclus ! Lors de la négociation, la CFDT a réussi à faire progresser le pourcentage de salariés concernés de 4% à 30%. Mais la direction a refusé d’aller plus loin en excluant délibérément les 2/3 de ces salariés. De plus, les premières simulations présentées laissaient entrevoir de possibles départs anticipés de l’ordre d’une année. Mais la reculade de la direction aurait conduit aujourd’hui, dans le meilleur des cas, à un départ anticipé de 7 mois environ. Mais ce dispositif ne concernerait que très peu d’ouvriers autoroutiers, qui devraient avoir été embauchés à 20 ans, puis cumuler 45 ans d’ancienneté dans ces métiers dangereux ! De qui se moque-t-on ?

Tous les agents de surveillance exclus ! La direction avait d’elle-même intégré ces salariés dans le dispositif. C’était tout à fait justifié puisqu’ils cumulent les contraintes liées à la pénibilité du travail posté et à la dangerosité du travail sur le tracé. Nouvelle reculade de la direction qui refuse désormais d’intégrer  ces salariés, sans aucun argument crédible.

Tous les postés exclus ! La notion légale et conventionnelle de la pénibilité inclut de fait les salariés postés. La CFDT a fait des propositions concrètes et raisonnables pour que ces salariés puissent eux aussi bénéficier de départs anticipés. Là encore, pour des raisons obscures, la direction rejette ces propositions. Renierait-elle sa signature sur les accords d’entreprise signés récemment ?

Aucune embauche garantie ! Le « contrat de génération » faisait partie intégrante de cette négociation. L’objectif est notamment de favoriser l’embauche de jeunes dont on sait aujourd’hui qu’ils subissent de plein fouet le chômage. Là encore, la direction refuse d’écouter nos propositions, même les plus raisonnables !

ET MAINTENANT ?

La CFDT ne se résigne pas pour autant, et fera tout pour relancer une négociation à la hauteur des enjeux et répondre aux attentes des salariés à la fois sur la prévention de la pénibilité et sur sa réparation.
Les équipes CFDT restent à votre disposition. Retrouvez nos autres infos sur ce thème.

 

Le tract en PDF, c'est ici.

Info mise en ligne le 30 septembre 2013

 

 

BoutonAccueil